Preferred Language/ Langue préférée

Le Conseil des ressources humaines du secteur culturel

Des ponts et un avenir à bâtir

Notre nouveau membre en vedette nous tient particulièrement à cœur. On rend hommage à un organisme qui a pris ses ailes à la CCA : le Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC).

Le CRHSC retrace ses origines, à plus de vingt ans, au sein de la CCA : en 1991, la CCA a créé le Comité sur la formation dans le secteur culturel (CFSC). En 1995, le CFSC est devenu le CRHSC, fonctionnant indépendamment de la CCA. Allez jeter un coup d’œil à leur site web, riche en ressources pour les artistes et travailleurs autonomes ainsi que pour les employeurs. Depuis 17 ans, le Conseil fait ses preuves à titre de leader en gestion de ressources humaines du secteur culturel.

La mission du CRHSC est de répondre aux besoins de la main-d’œuvre du secteur culturel au Canada. En plus d’offrir des ressources et des études importantes, le CRHSC rassemble des leaders de la culture, des enseignants/formateurs clés et des décideurs pour former des partenariats et discuter des enjeux en RH. Un exemple par excellence de ce rôle de rassembleur joué par le CRHSC est le Forum national RH qui aura lieu à Toronto les 27 et 28 septembre prochain. À ce sujet, nous avons rencontré Susan Annis, directrice générale du CRHSC depuis 2002.

Pourquoi le CRHSC organise-t-il ce Forum?

Suivez Susan sur Twitter

« Le Forum servira à faciliter la rencontre des gens du secteur et des éducateurs/formateurs afin de « Construire des ponts ». Avec des présentations sur les meilleures pratiques, des discours novateurs et même des discussions provocantes, le forum proposera des exemples de collaboration entre l’industrie et le monde de l’éducation, des exemples qui répondent réellement aux besoins immédiats de l’industrie, soulignent l’importance du perfectionnement professionnel et du mentorat, et encouragent les participants à faire des pressions pour que des solutions aux problèmes de formation soient mises en oeuvre. »

L’année dernière, le CRHSC apprenait, en même temps que les 29 autres conseils sectoriels, que le ministère de Ressources humaines et Développement de compétences (HRSDC) mettrait fin au financement de leur Programme des conseils sectoriels en date du 31 mars 2013. L’histoire de la CCA et du Conseil reste donc liée : les deux seules organisations nationales regroupant l’ensemble des communautés culturelles perdront au même temps leur financement principal du gouvernement fédéral, et chacune a décidé de relever le défi de l’autonomie. Nous avons parlé à Susan de ce qui attend le CRHSC.

De façon plus générale, comment abordez-vous la transition?

« Notre conseil d’administration a choisi d’aller de l’avant car nous avons une bonne réserve pour ce faire et surtout, on continue parce que nous avons une énorme et solide base sur laquelle nous pouvons bâtir.

  • Un vaste réseau
  • Une bonne crédibilité et réputation
  • Une gamme de bons produits
  • La structure de CRHSC

Ce qui a changé durant ces dernières années, c’est que maintenant les gens du secteur culturel portent attention aux enjeux liés aux ressources humaines en culture. Auparavant,  les RH n’étaient pas du tout sur les radars.

Et bien que notre conseil d’administration sera plus petit il aura toujours cette profondeur qui nous permettra d’être efficaces. »

Et les défis où sont-ils?

« Un grand défi est de trouver de nouvelles sources de revenus bien sûr, mais nous savons que notre base est solide.  Nous allons vendre nos produits maintenant. Mais peut-être que le plus grand défi est de faire comprendre au milieu qu’il ne peut plus nous considérer comme une source de financement pour les projets; que la relation a changé. C’est un défi, mais il n’est pas insurmontable.

Nous sommes dorénavant des partenaires. Nous allons travailler tous ensemble pour développer des projets, chercher des sources de financement. Le Conseil sera le coordonnateur de ces projets communs. Mais n’est-ce pas un peu excitant en même temps? »

Vous êtes optimiste pour l’avenir?

« Je suis optimiste parce que je sais que si le Conseil n’existait pas il faudrait l’inventer. Je crois que la CCA peut affirmer la même chose à son égard. » (rires)

Alors on se revoit les 27 et 28 septembre prochain à Toronto pour le Forum!